L'AATEM et la politique du logement 1975

L'abbé Chays expose les souhaits en matière de  politique du logement des immigrés à Besançon

Ces souhaits sont : la Cité Amitié en tant que cité de transit pour 3 ans maximum, et une proposition de logements HLM dispersés dans la ville et non concentrés en ghettos

Il s'interroge ensuite sur le bien fondé du déplacement de familles de la cité de l'Escale vers des HLM

Il rappelle ensuite les efforts à faire pour l'enseignement des langues d'origine

Il conclut enfin par l'organisation du travail social avec les autres intervenants

Montage sonore: Radio Sud

Partager cette page :
  • Là-bas j’étais architecte, ici je vis avec le RSA

    Cette fille nous  fait penser à un personnage d’un conte des mille et une nuits. Nous racontera-t-elle une histoire magique ? Elle a les yeux qui brillent, le sourire au coin des lèvres. Son visage mêle la tristesse et la joie, la douleur du passé et l’espoir de l’avenir. Nous l’appellerons « Golab », qui signifie la rosée des fleurs du matin.

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • AATEM, 20 ans d'accueil des étrangers

    En 1952, trois hommes décident de créer à Besançon une association d'accueil des travailleurs étrangers

  • Rayane vient du Liban

    Rayane est arrivée à Besançon il y a 6 mois, elle a 19 ans, et habitait jusque là au Liban.

  • Je suis née en 1333 au Kurdistan iranien

    Je suis née en 1333 (1954 selon le calendrier grégorien) en Kurdistan Iranien dans une famille nombreuse et assez libre, J'ai 5 sœurs et 3 frères vivants et 4 morts (entre un mois et trois ans).

  • « Une babouchka au paradis. »

    Il y a onze ans, c’était plutôt l’enfer, celui de la guerre en Tchétchènie* qui a mis Khapta sur les routes.
    Cette jeune babouchka, grand-mère en russe, berce son petit fils dans sa boutique de produits russes à Planoise, à l’enseigne RAY MARKET, « marché du paradis », nom donné par son prédécesseur.