AATEM, 20 ans d'accueil des étrangers

En 1952, trois hommes décident de créer à Besançon une association d'accueil des travailleurs étrangers

Abbé ChaysEn 1952, Jean Carbonare rencontre Henri Huot, instituteur au collège Victor Hugo, qui accepte d’entrer dans une association qui pourrait prendre le relais des initiatives individuelles grâce à des dons ou des subventions. Ainsi va naître, dans la salle à manger de Jean Carbonare, une association d’accueil aux travailleurs algériens qui deviendra l’A.A.T.E.M. Très vite Jean Carbonare en est l’un des piliers ; l’autre est l’abbé Chays qui, parallèlement, grâce aux quêtes lors de ses prêches, fournit une aide matérielle et morale aux travailleurs étrangers.

Lors de l'assemblée générale de l'AATEM en 1975, l'Abbé Chays détaille les différents volets de l'action sociale en faveur des migrants.

Montage Radio Sud

Archives de l'INA:
JT FR3 Franche Comté - 24/05/1988 - 01min29s

L'association "accueil des travailleurs étrangers" de Besançon, active depuis 1952 et officielle depuis 1956, connaît aujourd'hui des difficultés financières. Commentaire en off sur des images des locaux de l'association et du centre d'hébergement, interview d'un représentant de l'association. Cette structure d'accueil aux travailleurs étrangers migrants de Besançon a vu le jour grâce à l'Abbé CHAYS (décédé il y a quelques mois) épaulé par une douzaine de bénévoles. Depuis quelques années, l'association connaît des difficultés financières et une absence de renouvellement de son conseil d'administration. La cessation de gestion du centre d'hébergement est prévue pour le 30 juin 1989. - Interview d'un représentant de l'association. Nous cherchons des solutions, nous ne voulons pas laisser tomber ces travailleurs venus en France au moment de l'expansion. Le centre héberge aujourd'hui 110 personnes, contre 280 en 1956.
Production : France Régions 3 Besançon
journaliste: Bey, Jean Pierre
reporter d'images: Cohadier, Michel

Partager cette page :
  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...

  • Jean Carbonare, un engagement pour l'Algérie

    Jean Carbonare a consacré sa vie au continent africain. Dans les années 40 alors qu’il vit à Besançon, il rencontre les premiers immigrés algériens.

  • Là-bas j’étais architecte, ici je vis avec le RSA

    Cette fille nous  fait penser à un personnage d’un conte des mille et une nuits. Nous racontera-t-elle une histoire magique ? Elle a les yeux qui brillent, le sourire au coin des lèvres. Son visage mêle la tristesse et la joie, la douleur du passé et l’espoir de l’avenir. Nous l’appellerons « Golab », qui signifie la rosée des fleurs du matin.

  • L'AATEM et la politique du logement 1975

    L'abbé Chays expose les souhaits en matière de  politique du logement des immigrés à Besançon

  • « Une babouchka au paradis. »

    Il y a onze ans, c’était plutôt l’enfer, celui de la guerre en Tchétchènie* qui a mis Khapta sur les routes.
    Cette jeune babouchka, grand-mère en russe, berce son petit fils dans sa boutique de produits russes à Planoise, à l’enseigne RAY MARKET, « marché du paradis », nom donné par son prédécesseur.

  • Jean Carbonare et les tirailleurs africains

    « On ne leur demandait pas de titre de nationalité. On leur disait : la France est votre patrie, faites la guerre. »