Les casemates (1945-1956)

Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

(La plupart de ces premiers algériens ont été démobilisés sans indemnité de retour).

interieur casemateLes « casemates » font partie des fortifications construites par Vauban au XVIIe siècle aux limites nord de la ville, entre le quartier Battant et la promenade des Glacis.

Elles se présentent sous la forme d’abris voûtés de quelques mètres de large, et qui s’enfoncent de plus de 5 mètres à l’intérieur des bastions, utilisés alors pour protéger les artilleurs et pour stocker les munitions.

Elles ne sont pas du tout éclairées et très humides. Pour y dormir les Nord-Africains installèrent des fourneaux, avec la difficulté d’évacuer les fumées.

La casemate représentée ici se trouvait près de la porte de Charmont, aujourd’hui détruite mais dont on distingue encore des restes en haut de la rue du grand Charmont, à la limite ouest des Glacis.

interieur casemate

 

 

On voit que les hommes ne pouvaient se tenir debout qu’au centre de l’abri, et que leurs
mouvements étaient limités par une promiscuité très importante.

On remarquera le tuyau de poêle qui sort de la porte d’entrée de la casemate, en bois et construite
par les occupants pour protéger leurs maigres biens.

Extrait de "les Nord-Africains à Besançon", éd Ville de Besançon juin 2007


Partager cette page :
  • Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

    En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • En 1952, M. Lazhari Khaoua quitte l'Algérie et arrive à Besançon

    Lazhari Khaoua, arrivé parmi les premières vagues de travailleurs immigrés algériens, a connu les grandes difficultés des nouveaux installés.

  • Les Founottes, cité de l'Escale

    Certaines familles algériennes s’étaient regroupées sur un terrain vague et isolé, à l’extérieur de la ville au lieu-dit “les Founottes”.

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...

  • Les immigrés et la crise du logement 1950

    "Les 65 travailleurs nord-africains, sont logés gratuitement par l’entreprise dans les conditions suivantes : 49 Nord-africains dans 11 petites baraques en bois désaffectées, 16 Nord-africains dans 2 fourgons de la S.N.C.F. stationnés sur une voie de la gare de triage"