Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE - Avec les écoles, les contes et l’éveil à la langue de l’autre

Sommaire

Avec les écoles, les contes et l’éveil à la langue de l’autre
Durant trois années scolaires de 1981 à 1984, en partenariat avec les enseignants des écoles maternelle et primaire de St-Ferjeux, de l’AATEM , de la F.R.A.T.E, de la Fédération des Œuvres Laïques F.O.L et de la B.C.P, Bibliothèque Centrale de Prêt de Besançon, nous avons mis en place des actions d’éveil et de création s’appuyant sur les contes du Maghreb.
Durant une première année je réalisais des séances de contes d’une heure chaque semaine et dans chacune des classes, certains enseignants exploitaient ces apports dans leur pédagogie. La deuxième année nous avons travaillé avec les enseignants à la réalisation d’histoires imaginées par les enfants, de fabrication des personnages de ces histoires en marionnettes, de théâtre d’ombres ou de dessins et peintures sur diapositives.
Ce furent des années riches en créations culturelles et très valorisantes pour les enfants puisque toutes les classes ont pu présenter leur spectacle devant un public large et acquis d’avance, lors de la fête de fin d’année présentée sous un grand chapiteau.
Cette action scolaire qui fut une merveilleuse expérience pour moi s’est doublée par la suite d’une recherche action menée de 1981 à 1984 sous la direction des Professeur J.PEYTARD et J.BOURQUIN de la faculté des lettres de Besançon et commandée par le Ministère de l’Education Nationale dont le thème était «  La scolarisation des enfants des travailleurs Migrants ». Il s’agissait d’introduire une « langue étrangère », la langue arabe dans des classes fréquentées par des élèves d’origines culturelles différentes, dont une bonne partie était issue du Maghreb.  Ce travail était orienté sur les réactions des enfants de migrants et des enfants français à l’étude de la langue arabe.
Observé par les professeurs qui se faisaient oublier en fond de la salle de classe, j’avais la charge d’introduire la langue arabe par différents exercices ludiques ; Je présentais la règle du jeu aux élèves et démarrais par la citation d’une phrase en langue française mais en introduisant un ou deux mots clés en langue arabe dialectale pour faciliter la compréhension aux enfants de migrants maghrébins  et demandais à la classe, incluant ainsi l’enseignant, « qui a compris le sens de la phrase ? » la plupart des élèves d’origine maghrébine, mais pas tous, levaient leurs doigts.  Puis j’interrogeais à nouveau : « Qui n’a pas compris  le sens de la phrase ? »  Les autres élèves levaient leurs doigts (Les enseignants n’ont jamais levé leurs doigts, ils devaient tout comprendre…) – Puis je demandais à nouveau « parmi les élèves qui ont compris la phrase entière, qui souhaite venir au tableau donner son explication ? » Un élève d’origine maghrébine venait avec fierté au tableau expliquer le sens de la phrase et du mot clé en langue arabe. Par la suite, nous passions à l’étape d’apprentissage et je demandais : « qui veut apprendre à prononcer ce mot en arabe ?  Je faisais venir au tableau un des élèves qui ne maîtrisaient pas la langue arabe et demandais à l’autre élève de lui apprendre à prononcer le mot arabe et s’ensuivirent des situations inhabituelles et amusantes,  l’élève primo-arrivant qui avait, dans la plupart des cas, des difficultés en cours d’apprentissage du français se retrouvait en train d’expliquer et d’apprendre un mot de sa langue maternelle au meilleur élève de la classe.  Il s’agissait donc, vous l’avez bien compris, de capter l’attention et l’intérêt de tous les élèves par une série de petits exercices qui tendent à faire écouter et écrire des mots et des phrases.  
Il s’agissait de déclencher  chez les enfants français un éveil à la langue de l’autre et faire qu’ils se rendent compte que la langue des enfants de migrants du Maghreb est une langue aussi digne d’intérêt et d’étude que la langue française ; Je ne sais plus qui a dit que la langue était le noyau de la culture d’un peuple.   
De l’avis de toutes les personnes concernées, ce fut une expérience extraordinaire et très enrichissante

Partager cette page :
  • La maison de l'être

    Né en Algérie, à Bouira, dans une famille kabyle, l'univers linguistique de Farid Ammar Khodja, 55 ans est constitué par le berbère, le français, l'arabe et, pour des raisons plus strictement universitaires, l'anglais.

  • Cœurs sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955. Mon grand frère Fayçal est né dans cette ville.

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • APACA , promotion des arts et cultures d’Afrique

    L’APACA, l’Association pour la Promotion des Arts et des Cultures d’Afrique, est née en février 1996 à Besançon.

  • Théâtre Universitaire de Franche-Comté

    Le Théâtre Universitaire de Franche-Comté existe depuis 1986. Cette association a pour but de «promouvoir la diversité culturelle en matière théâtrale» dit Anne-Laure Dormois, étudiante  et vice présidente  de l’association.

  • Serious Road Trip, arts du cirque

    The Serious Road Trip est une association culturelle et sociale dont l’objectif est de venir en aide aux plus défavorisés par la pratique des arts du cirque. Ici ou là-bas.

  • Quelques figures du bilinguisme

    « Le bilinguisme des migrants est d’une manière générale une affaire transitoire : l’assimilation peut prendre deux ou trois générations,