Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE - les nationalités présentes à la cité Amitié

Sommaire

les nationalités présentes à la cité Amitié
Dans mon mémoire de DSTS en 1988,  je dresse un petit tableau de la population de la cité Amitié qui était constituée de quatre-vingt familles comprenant chacune une moyenne de six personnes et regroupées sur deux bâtiments de 40 logements F3, F4.
90 % des familles était arrivée dans le cadre du regroupement familial. Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.
Le bâtiment de  l’Amitié 1 était habité principalement par des résidents migrants vivant seuls en France et qui venaient uniquement pour travailler avec comme objectif de retourner un jour au pays d’origine. Ce bâtiment  regroupait 240 personnes, en majorité maghrébines. 
La Cité Amitié a été construite en 1967 pour répondre au nombre important de demandes de regroupement des familles restées au pays d’origine et dont le mari ou père travaillait en France. A la conception de cette cité, les promoteurs,  AATEM, Ville de Besançon,  lui avaient attribué une fonction de transit qui voulait que les familles immigrées, au bout d’un laps de temps déterminé, intègrent des habitations regroupant tous les publics. Pour de  multiples raisons ce projet n’a pas fonctionné comme prévu : d’une part les familles ne ressentaient pas le besoin de changer d’environnement et d’autre part les logeurs n’avaient pas les moyens de proposer des logements sociaux car nous nous situons en plein milieu des années 1970, la crise du pétrole a provoqué un enchainement de difficultés celles du logement, du blocage des frontières, donc blocage de l’immigration.
Après le blocage de l’immigration au début des années 72, la politique du regroupement familial a été maintenue par le Président Valéry Giscard d’Estaing et s’est poursuivie à un rythme plutôt faible. Au cours des sept années passées à l’Amitié j’ai accueilli et vu arriver plusieurs familles originaires du Maghreb et de Turquie.

Partager cette page :
  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • Serious Road Trip, arts du cirque

    The Serious Road Trip est une association culturelle et sociale dont l’objectif est de venir en aide aux plus défavorisés par la pratique des arts du cirque. Ici ou là-bas.

  • Qu’est-ce qu’une personne bilingue ?

    Commençons par une évidence : les langues se pratiquent dans des situations sociales, la communication s’établit entre des personnes socialement situées.

  • L'AATEM et la politique du logement 1975

    L'abbé Chays expose les souhaits en matière de  politique du logement des immigrés à Besançon

  • Tours Amitié, 1968, cité de transit

    Le quartier de l’Amitié était à l’origine une « cité de transit ». Les trois tours qui le composent, construites à la fin des années 1960, début 1970, appartiennent à l’Office Public d’HLM.

  • Mr X, marocain, rejoint sa femme

    « Je suis arrivé par regroupement familial. Mon épouse est de la même région du Maroc que moi. Je me suis marié là-bas au Maroc en 1997 et je suis arrivé en France en 2000. »

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?