Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE - l’AATEM

Sommaire

l’AATEM
L’AATEM était une association d’aide aux travailleurs étrangers et migrants qui n’existe plus. Elle a été créée en 1952 par Messieurs Jean CARBONARE, Henri HUOT et l’Abbé CHAYS, trois grands personnages d'une exceptionnelle humanité pour venir en aide aux travailleurs immigrés, algériens au départ, puis marocains et tunisiens. L’AATEM a construit des bâtiments pour héberger ces travailleurs, le Centre Nord Africain dans un premier temps puis, pour répondre aux demandes de regroupements de leurs familles, des cités de transit ont été construites dans les quartiers périphériques de la ville de Besançon : la cité de l’Escale, celle de l’Amitié, des Montarmots et celle de Pesty.  L’association était financée par plusieurs organismes publics et parapublics, dont le Fonds d’Action Sociale (FAS). Ses actions de proximité menées en partenariat avec la ville de Besançon devaient permettre aux familles primo-arrivant provenant, en grande majorité des campagnes, de s’intégrer plus facilement dans les cités de transit construites à cet effet. Ces familles étaient, dès leur arrivée dans la cité, accueillies et soutenues par des travailleurs sociaux, assistantes sociales, conseillères en économie sociale et familiale, animateurs.

Partager cette page :
  • Etre un français d’origine algérienne en France

    Cette double culture, c'est une richesse, avant je le vivais comme un fardeau

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • 1973 : la France cherchait de la main d'oeuvre

    M. Kocaman, 63 ans, et sa fille, 43 ans, évoquent les étapes de leurs parcours de travailleurs immigrés, depuis l'entretien des forêts et des jardins jusqu'à la retraite, avec des difficultés pécuniaires fréquentes.

  • Mr X, marocain, rejoint sa femme

    « Je suis arrivé par regroupement familial. Mon épouse est de la même région du Maroc que moi. Je me suis marié là-bas au Maroc en 1997 et je suis arrivé en France en 2000. »

  • Enseigner la langue : Abbé Chays en 1975

    Lors de l'assemblée générale de l'AATEM en 1975, l'Abbé Chays rappelle les efforts à faire pour l'enseignement des langues du pays d'origine et la responsabilité de l'Education Nationale et des parents.

  • Chez moi c’est ici maintenant malgré mon accent

    J'ai quitté la Sardaigne en 1962 pour venir à Besançon avec mon mari. Nous sommes venus retrouver ma tante. Mon mari a trouvé du travail très vite chez Baronchelli où mon oncle travaillait déjà donc on n’a pas eu de problèmes au départ.

  • Tours Amitié, 1968, cité de transit

    Le quartier de l’Amitié était à l’origine une « cité de transit ». Les trois tours qui le composent, construites à la fin des années 1960, début 1970, appartiennent à l’Office Public d’HLM.