Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE - les nationalités présentes à la cité Amitié

Sommaire

les nationalités présentes à la cité Amitié
Dans mon mémoire de DSTS en 1988,  je dresse un petit tableau de la population de la cité Amitié qui était constituée de quatre-vingt familles comprenant chacune une moyenne de six personnes et regroupées sur deux bâtiments de 40 logements F3, F4.
90 % des familles était arrivée dans le cadre du regroupement familial. Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.
Le bâtiment de  l’Amitié 1 était habité principalement par des résidents migrants vivant seuls en France et qui venaient uniquement pour travailler avec comme objectif de retourner un jour au pays d’origine. Ce bâtiment  regroupait 240 personnes, en majorité maghrébines. 
La Cité Amitié a été construite en 1967 pour répondre au nombre important de demandes de regroupement des familles restées au pays d’origine et dont le mari ou père travaillait en France. A la conception de cette cité, les promoteurs,  AATEM, Ville de Besançon,  lui avaient attribué une fonction de transit qui voulait que les familles immigrées, au bout d’un laps de temps déterminé, intègrent des habitations regroupant tous les publics. Pour de  multiples raisons ce projet n’a pas fonctionné comme prévu : d’une part les familles ne ressentaient pas le besoin de changer d’environnement et d’autre part les logeurs n’avaient pas les moyens de proposer des logements sociaux car nous nous situons en plein milieu des années 1970, la crise du pétrole a provoqué un enchainement de difficultés celles du logement, du blocage des frontières, donc blocage de l’immigration.
Après le blocage de l’immigration au début des années 72, la politique du regroupement familial a été maintenue par le Président Valéry Giscard d’Estaing et s’est poursuivie à un rythme plutôt faible. Au cours des sept années passées à l’Amitié j’ai accueilli et vu arriver plusieurs familles originaires du Maghreb et de Turquie.

Partager cette page :
  • ACCRORAP, danse

    Depuis sa création en 1989, la compagnie ACCRORAP, avec son chorégraphe Kader Attou, sillonne le monde, en Inde, à Alger, Venise ou Cuba et s'inspire de cet Ailleurs, empruntant ses danses.

  • Qu’est-ce qu’une personne bilingue ?

    Commençons par une évidence : les langues se pratiquent dans des situations sociales, la communication s’établit entre des personnes socialement situées.

  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.

  • Cœurs sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955. Mon grand frère Fayçal est né dans cette ville.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • Où apprendre les langues à Besançon ?

    "Quelles langues peut-on apprendre à Besançon ? Y compris le français ? Pour quel public ? jeune, adulte, senior ?
    Quel type de structure ? Associative ou institutionnelle ? Quand ? Où ? Comment ? A quelle heure ?"

  • La Salamandre, spectacle de rue

    La Salamandre est une compagnie franc-comtoise de renommée internationale. Une entreprise culturelle qui fait du spectacle de rue, spécialisée dans le feu et née en 1990 à Besançon.