D'une rive à l'autre

"D'une rive à l'autre" relate des parcours singuliers d'homme résidant dans les foyers Sonacotra de la ville

Entre feuillets sérigraphiés réalisés par des Bisontins dans un atelier Patrimoine,entre cahied'une rive à l'autrers imprimés par Néotypo avec des techniques industrielles, le lecteur cheminera au travers d'histoires singulières qui se fondent au hasard des pages, dans une histoire commune.

D'une rive à l'autre relate des parcours singuliers d'hommes résidant dans les foyers SONACOTRA de la ville, de femmes habitant le quartier de Montrapon, jeunes et moins jeunes, mobilisés autour de l'écriture des histoires des plus vieux.
Il est l'aboutissement de deux années de travail, allant de la collecte de récits de vie à un atelier d'écriture réalisé dans les locaux de l'atelier Patrimoine de l'association La Fraternelle à Saint Claude dans le Jura.
Des repères chronologiques ainsi que des éléments bibliographiques permettent au lecteur qui le souhaite d'aller plus loin.

Télécharger ce livre au format PDF

Témoignage de Nicole Egermann, membre du Conseil des sages de Besançon :

Partager cette page :
  • Tours Amitié, 1968, cité de transit

    Le quartier de l’Amitié était à l’origine une « cité de transit ». Les trois tours qui le composent, construites à la fin des années 1960, début 1970, appartiennent à l’Office Public d’HLM.

  • Jardins familiaux

    L’association Les Jardins familiaux existe à Besançon depuis 1896. C’est l’abbé Jules Lémire, député du Nord, qui est à l’origine de ce concept, rappelle Ludovic Ellena, permanent aux Jardins familiaux.

  • Anciens combattants étrangers au foyer Adoma de Besançon

    D'anciens combattants étrangers ont été hébergés à Besançon dans le foyer de la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs, la  Sonacotra, devenue, en 2007, l'Adoma.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • Retraite des immigrés résidents

    Des retraités expliquent comment se déroule leur vie dans un foyer loin de leur famille. Des conditions de vie à la difficulté de vivre seul, ils racontent leur quotidien.

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...