Qu’est-ce que l’insertion ?

L’insertion se joue au niveau social. On parle d’insertion lorsqu’un groupe minoritaire entre dans une société. L’insertion désigne ce processus, et elle s’oppose donc à l’exclusion, qui est le processus inverse, de rejet à la marge de groupes ou d’individus minoritaires.

De même qu’ « intégration », il s’agit d’un mot dont le sens varie beaucoup en fonction des orientations politiques. L’insertion implique en effet que l’individu ou le groupe minoritaire fait partie de la société, mais non qu’il a perdu tous ses caractères d’origine. Ainsi, le résultat de l’insertion est que le groupe inséré a évolué, mais que la société dans son ensemble a elle aussi changé, puisqu’elle a accepté d’insérer ce groupe sans l’acculturer ou en ne l’acculturant qu’en partie. On peut donc affirmer que l’insertion implique un vivre ensemble qui, à son tour, implique un métissage social et culturel.

 


Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Qu’est-ce que l’intégration ?

    Il existe de nombreuses définitions de ce mot, car, comme le signale la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, il s’agit d’un terme « qui évolue en fonction du contexte politique ».

  • Mon père était harki

    Je m'appelle Nora Dahmane et je suis fille de harki . L’intégration a été difficile. Nous, les harkis, on ne nous aime pas parce qu’on nous dit qu’on est des traîtres.

  • 1973 : la France cherchait de la main d'oeuvre

    M. Kocaman, 63 ans, et sa fille, 43 ans, évoquent les étapes de leurs parcours de travailleurs immigrés, depuis l'entretien des forêts et des jardins jusqu'à la retraite, avec des difficultés pécuniaires fréquentes.

  • "C'était un accord entre la France et la Turquie" 1973

    Mon père est arrivé en août 1973. La France cherchait de la main d’œuvre. Normalement il devait  venir travailler un petit peu et puis retourner, mais …

  • Hayate Hakkar : l'équité et le bien-être personnel

    Hayate Hakkar est connue et très appréciée des jeunes des différents quartiers de Besançon. Elle est animatrice jeunesse dans les maisons de quartier.

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • Le PKA, sport et insertion

    Le PKA signifie Planoise Karaté Academy. C'est une association sportive, et Planoise est le nom du quartier où elle est implantée depuis maintenant vingt ans, un quartier dit sensible à Besançon.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.