Clandestins, sans papiers, personnes en situation irrégulière

Ces trois termes désignent exactement les mêmes personnes, mais en se plaçant de points de vue politiques différents.

« Clandestin » insiste sur l’illégalité de la personne, sa propre faute par rapport à la loi, tandis que « sans papiers » est plutôt une façon de rejeter la faute sur l’État qui refuse d’accorder des documents officiels. « Personne en situation irrégulière » est la formule la plus neutre politiquement puisqu’elle ne fait que constater une situation. Dans tous les cas, il s’agit donc de personnes étrangères entrées de façon illégale sur le territoire français, ou si elles y sont arrivées munies des documents nécessaires, qui prolongent leur séjour au-delà de la durée accordée par leur visa.

Partager cette page :
  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.

  • Conférence d'Emmanuel Terray: Le travail des sans papiers

    Le rôle du travail des sans papiers dans l'économie.

  • M. X a fui le Darfour

    Il n’y a pas eu de jugement. Après avoir été torturé, j’avais signé des aveux, cela suffisait. J’ai payé 1300 dollars pour aller à Tripoli. Pour le voyage en bateau, j’ai donné 2000 dollars.

  • « On a payé un passeur 5000 euros … »

    Avec son mari, ils vivent dans l’angoisse d’un 3° refus et d’un éventuel nouveau départ, alors que leurs 2 enfants, nés ici, ne connaissent que Besançon.

  • Témoignage de Mr A (vidéo)

    Mr A lorsqu'il était sans papier a fait beaucoup de bénévolat.

  • M…. est arrivée du Liban en 2007

    M…. est arrivée du Liban en 2007 avec un visa touristique d’un mois pour rejoindre son mari libanais, qui vivait à Besançon depuis 8 ans, et où il travaille dans le social.
    Son mari avait demandé le regroupement familial, qui lui a été refusé, son salaire étant trop bas, les conditions n’étaient donc pas remplies.