Qu’est-ce qu’un bidonville ?

Un bidonville est un habitat précaire. On ignore l’origine exacte de ce terme. Certains affirment que les habitants récupéraient des bidons pour confectionner leurs abris-maisons.

Mais il est aussi fort possible que ce terme provienne des abris en tôle ondulée de l’armée française, qui, vus de loin, ressemblent à des bidons à demi enterrés.

 

Le terme bidonville est d’ailleurs apparu dans les années 1930 pour désigner, à Casablanca, au Maroc, des habitats de ce type – les habitants de Casablanca les appelaient également des « igloos ».
Les bidonvilles sont étroitement liés à l’histoire contemporaine des migrations car la plupart des migrants des pays du Sud aboutissent dans des bidonvilles, faute de moyens financiers pour payer le loyer d’un logement en dur.
L’accroissement du nombre de bidonvilles dans le monde est tel qu’on peut parler d’explosion : 36 % de la population urbaine du Brésil vit dans un bidonville, ce taux est de 55 % en Inde, 68 % au Pérou, 84 % au Bangladesh, 92 % en Tanzanie, et même 99 % en Éthiopie. Au total, un milliard d’êtres humains vivent aujourd’hui dans des bidonvilles, et l’accroissement de la population des bidonvilles est encore plus rapide que le taux de croissance de la population urbaine. En 2030, selon les Nations unies, 2 milliards d’humains habiteront dans un bidonville.
En France, le dernier bidonville a été détruit en 1976, à Nice. Mais depuis quelques années, des îlots de pauvreté réapparaissent dans certains départements, et de nouveau, des familles s’installent dans des habitats très précaires, comme de vieilles caravanes. Il existe des bidonvilles au nord de Paris (près du stade de France), à Marseille, à Lyon...

Partager cette page :
  • Les Clairs Soleils d'hier et d'aujourd'hui

    "À l’origine, les bâtiments abritaient nombre de cadres, d’enseignants et d’employés de chez Lip et de la Rhodia. Les difficultés économiques rencontrées par ces deux entreprises ont bouleversé la structure sociale du quartier et entraîné beaucoup de départs compensés par l’arrivée massive d’immigrés".

  • Témoignage d’un maçon venu de Turquie en 1974

    Un maçon, venu de Turquie, retrace l'ensemble de son itinéraire, depuis le verger d'abricotiers hérité de son père, dans les environs de Malatya, sa ville d'origine, jusqu'à son installation à Besançon.

  • Petit livre bleu de Clairs Soleils (1979)

    Ces "proposition des habitants de Clairs Soleils" ont été à la source de l'opération de rénovation du quartier "habitat et vie sociale"

  • Construction des grands ensembles

    De 1946 à 1968, la population de Besançon est multipliée par deux

  • Une cité de transit: les Acacias

    Comme « l'Escale », la cité « Les Acacias » est une cité de transit construite dans les années 1970 pour reloger les populations immigrées et en difficultés installées dans des baraquements improvisés dans la ville.