L'Alsace: chronologie

Un Alsacien qui a vécu entre 1865 et 1950 est né français. Il est devenu allemand en 1871, redevenu français en 1918, redevenu allemand en 1940. Il redevient français à 80 ans.

 

  • 1648 : par les traités de Westphalie, la plus grande partie de l’Alsace devient française. Le reste le deviendra avant la fin du siècle (Strasbourg en 1681).
  • 1870-71 : La France est vaincue par la Prusse et les autres états allemands. Naissance de l’Empire d’Allemagne (Deuxième Reich), qui  annexe l’Alsace-Moselle (on dit couramment Alsace-Lorraine).
  • Carte Alsace 1871

Environ 100 000 Alsaciens choisissent de rester français, et gagnent le territoire français. Ils sont nombreux à Nancy et Belfort.

  • 1871-1918 : L’Alsace est donc terre allemande. Développement économique, domination relativement libérale. La francophilie reste cependant assez forte dans la population.

En 1914-18, 250 000 Alsaciens et Mosellans sont incorporés dans l’armée allemande.

  • 1918-1940 : l’Alsace redevient  française par le  traité de Versailles. 200 000 Allemands la quittent.
  • 1940-1945 : Hitler annexe l’Alsace-Moselle  dès sa victoire de juin 1940. Germanisation sévère. Incorporation de 130 000 jeunes Alsaciens et Lorrains, appelés les « Malgré-Nous ».
  • 1945 :  l’Alsace redevient française. Strasbourg avait été libérée le 23 novembre 1944.

Résumons : un Alsacien  qui a vécu entre 1865 et 1950 est né français. Il est devenu allemand en 1871, redevenu français en 1918, redevenu allemand en 1940. Il redevient français à 80 ans.

Références

  • Alfred Wahl et Jean-Claude Richez, « L’Alsace entre France et Allemagne 1850-1950 », collection La Vie Quotidienne, Hachette, 1994.
  • Michel Favart, « Les Alsaciens ou les deux Mathilde », 1995, feuilleton de 4 fois 1h 30, projeté sur Arte.
Partager cette page :
  • Qu'est-ce que la convention de Schengen

    La Convention de Schengen (du nom du village luxembourgeois où elle a été signée en 1985) a permis la création d'un espace, composé par les territoires des États signataires, à l'intérieur duquel est possible la libre circulation.