Indochine

Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

Le Laos, dont la capitale est Vientiane, est enclavé et peu peuplé ; le Cambodge, capitale Phnom-Penh, est peuplé par les Khmers ; le Vietnam, est le plus vaste et le plus peuplé, il est formé des trois provinces du Tonkin (Hanoï), de l’Annam (Hué) et de la Cochinchine (Saigon).

Ces trois pays ont conservé l’institution royale (le roi Norodom Sihanouk au Cambodge, l’empereur Bao-Dai au Vietnam, mais la France pratiquait en réalité une administration directe, par des fonctionnaires français. Il y eut très peu de Français en Indochine : moins de 0,2% de la population.

 

Le nationalisme anticolonial exista toujours. Après 1930, le parti communiste vietnamien, dirigé par Ho Chi Minh, en devint le champion dominant, par le biais d’une ligue qu’il contrôlait, le Vietminh.

Deux guerres ont déchiré l’Indochine, surtout le Vietnam :

1) La « Guerre d’Indochine » (1946-1954) opposa les troupes françaises et celles du Vietminh. Après la défaite de Dien Bien Phu, la France se retira d’Indochine. Les Accords de Genève (juillet 1954) créérent deux Vietnams : le Nord communiste, appuyé sur Moscou et Pékin, et le Sud, anticommuniste, appuyé sur les Etats-Unis.

2) La « Guerre du Vietnam » opposa entre 1960 et 1975 les troupes du Vietnam du Sud, appuyées entre 1965 et 1973 par des centaines de milliers de soldats américains, et les guerilleros communistes du Vietnam Sud (« Vietcongs ») appuyés par les troupes du Vietnam Nord. Usés, les Américains se retirèrent en 1973. En 1975, les communistes prirent Saigon, Phnom-Penh et Vientiane.

L’Indochine communiste

a) Des centaines de milliers d’Indochinois fuirent la victoire communiste, souvent par mer (« boat people »). Ils demandèrent asile surtout aux Etats-Unis, en France, en Australie.

b) Les communistes cambodgiens (Khmers Rouges) gouvernèrent leur pays quatre ans (1975-1979). Ils massacrèrent plus d’1,5 million de leurs compatriotes, dans une folie de pureté idéologique.

En France vivent quelques dizaines de milliers de Khmers, peut-être 10 000 Hmongs, et plus de 150 000 Vietnamiens (pour 1/3 catholiques). Les régimes communistes étant devenus moins durs et s’étant économiquement libéralisés, les relations entre les émigrés et leurs pays d’origine sont devenues possibles.

Partager cette page :
  • Guadeloupéenne et Vietnamienne

    « Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.

  • Fuir le Cambodge des Khmers rouges

    M. Kimlay est arrivé à Besançon en provenance du Cambodge en 1981. Médecin dans son pays d'origine, il se retrouve infirmier en France.

  • Du Vietnam à Besançon

    Une histoire qui commence au Vietnam. Le pays des ravages politiques, économiques et humains. La terre natale de M. Dinh, originaire de Ho Chi Minh, où il vit jusqu’à ses 21 ans. En désaccord avec la réalité qui l’entoure et dans la recherche d’une vie meilleure, il fuit son pays en 1987 s’accrochant aux planches d’un bateau, tout comme environ trois millions de personnes entre 1975 et 1997, nommées « Boat-people ». Comme une feuille qui se détache de son arbre, soulevée par le vent, sans savoir où elle atterrira, il se retrouve tout d’abord en Singapour, ensuite, en Amérique :

  • M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

    J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.

  • Retour aux sources

    Nguyêt Anh naquit et grandit à Hanoï, en Indochine française. Mais en 1951, alors que la pression du Vietminh rend l’avenir du Tonkin incertain, ses parents l’envoient poursuivre sa scolarité à Dalat, sur les Hauts-Plateaux du Sud-Vietnam.

  • Note historique : L'indochine ex-française

    Plan : la conquète, la guerre d'indochine, la guerre du Vietnam, les boat people, des états toujours communistes, les Indochinois en France et à Besançon

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .